Les lions d’Afrique menacés par les chasseurs américains

Publié le : 30 décembre 20163 mins de lecture

Devenue l’activité préférée des chasseurs américains, la chasse au lion représente aujourd’hui une menace forte et grandissante pour ses majestueux félins. En effet, près de 5600 lions sont chassés pour le sport en Afrique au cours des 10 dernières années selon le Guardian, une coalition d’ONG américaines luttant pour la défense de la faune sauvage.

Pourquoi un tel engouement ?

Si le lion est considéré comme le roi des animaux, il symbolise ainsi la force et la grandeur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle arriver à chasser un lion est devenu un trophée très prisé et ce sont surtout les Américains qui raffolent de ces trophées. Pour cela, il achète leur trophée sous forme de tapis en peau de lion. D’autres préfèrent ramener une partie du corps du félin comme les griffes, les os ou le crâne en guise de butin. Jusqu’à ce jour, plus de deux tiers des lions chassés ont vu leur carcasse expédiée aux États-Unis.

Même aujourd’hui où le roi de la jungle est une espèce en voie de disparition, les chasseurs américains ne cessent leur activité pour autant. En réalité, c’est devenu un sport plaisant pour ces derniers.

Une espèce en voire d’extinction

Selon des études effectuées par le Fonds International pour la protection des animaux ou IFAW, le nombre de prises obtenues par les chasseurs aurait doublé entre 2000 et 2009. C’est d’ailleurs pour cela qu’il appelle le gouvernement à agir.

Durant un siècle seulement, le nombre de ces félins en Afrique a gravement diminué puisqu’il est passé de 200 000 à 40 000 lions, un taux de disparition de plus de 70 % selon les estimations. Aujourd’hui, sur les 26 pays qui hébergeaient cette espèce, seuls 7 en abritent encore à savoir le Kenya, l’Afrique du Sud, le Botswana, la Tanzanie, l’Éthiopie, le Zimbabwe et la Zambie.

Un penchant pour les espèces mâles

Outre la chasse au lion qui est devenue une grande menace pour cette population, l’attrait des chasseurs pour les lions mâles n’arrange pas les choses. Cela risque même d’entrainer la disparition de troupeaux entiers. La mort du mal dominant déclencherait en effet un combat pour la suprématie entre les mâles qui restent. Ainsi, les plus jeunes et les autres lions adultes devront mourir ou laisser leur place à un autre mal dominant.

Malgré le fait que les chasseurs occidentaux sont les principaux prédateurs, la population locale n’épargne cependant pas ce félin majestueux. Il arrive en effet que les habitants, durant des situations de conflits, tuent les lions.

Plan du site